Tout savoir sur l’île d’Alimathà, aux Maldives.

Cette année, vous n’avez pas manqué une belle semaine de détente en mer et vous ne pouviez pas choisir une meilleure destination : les Maldives, ce paradis sur terre au cœur de l’océan Indien, caractérisé par de petits atolls où l’on trouve des plages de sable blanc, des cocotiers et une eau cristalline. Les Maldives ont été un rêve pour vous qui, cette année, est enfin devenu réalité. Vous avez été conseillés par Silvia, qui travaille dans votre agence de voyage de confiance Esploratour à Gavirate dans la province de Varèse : elle a réussi à trouver la meilleure offre pour votre poche. La proposition était une semaine à Bravo Alimathà, une station Bravo du groupe Alpitour.

Comme son nom l’indique, la station où vous avez séjourné est située sur l’île d’Alimathà de l’atoll de Vaavu, à quelques kilomètres au sud de la capitale Male. L’atoll de Vaavu est composé de plusieurs îles : seules 6 d’entre elles sont habitées et 2 sont entièrement occupées par des complexes touristiques, le Bravo Alimathà d’Alpitour et le Digghiri de Francorosso. L’île est accessible en 25 minutes en hydravion ou en 1,5 heure en bateau rapide. Le choix du transport doit être fait lors de la réservation auprès de l’agence : vous avez choisi le bateau rapide car il est moins cher, bien que peu recommandé pour ceux qui souffrent du mal de mer. Le voyage peut devenir nauséeux, surtout lorsque la mer est assez agitée. Pour vous, il n’y a eu aucun problème, c’était un pur plaisir. Le Bravo Alimathà accueille uniquement des voyageurs italiens et propose une animation italienne et le personnel du Bravo Club. A l’aéroport, vous avez été immédiatement accueillis par les gars de l’équipe Bravo qui ont été toujours présents pendant tout le séjour.

Le voyage aux Maldives

Pour votre voyage aux Maldives, vous aviez à votre disposition les semaines de la fin mai. Vous saviez parfaitement que ce n’est pas la meilleure période pour visiter les Maldives car à partir de fin avril commence la saison la plus humide et pluvieuse avec une plus grande probabilité de rencontrer quelques pluies. De plus, votre choix de la période a été plutôt forcé tant pour des raisons économiques que pour des raisons professionnelles.

Après une longue et angoissante attente, vous voici à l’entrée du Terminal 2 de Milan Malpensa avec votre passeport en main prêt à recevoir un nouveau tampon. Cette fois, les bagages n’ont pas été difficiles à faire : maillots de bain, tongs, shorts courts, débardeurs légers, quelques robes colorées. On ne pouvait pas non plus manquer : un nouveau livre à lire, le masque, le tuba et les palmes nécessaires à la pratique du snorkeling, la gopro sous-marine pour capturer les fonds marins, la crème solaire, la crème hydratante après-soleil et l’anti-moustique en cas de besoin. Quoi d’autre à apporter ? Vous avez voyagé avec Qatar Airways et chacun de vous avait un bagage enregistré de 30 kg et un bagage à main de 7 kg. Vous avez pu apporter tout ce dont vous aviez besoin sans aucun problème. Votre vol Qatar Airways n’était pas direct pour Male, la capitale de l’archipel des Maldives, mais avait une escale de 2 heures à Doha, la capitale du Qatar, à l’aller comme au retour. Pour le trajet Milan-Doha, vous avez mis un peu moins de 7 heures et pour le trajet Doha-Male, environ 6 heures.

Le vol était très confortable

Les sièges étaient très larges et Francesco a toujours réussi à avoir le siège près de la fenêtre, ce qu’il adore. Cela vous a été d’une grande aide pour prendre de magnifiques photos en vol au-dessus de Doha tard dans la nuit et au-dessus des atolls des Maldives, réussissant à capturer des nuances de couleurs magnifiques. Au départ de dimanche après-midi d’Italie, le voyage aller a été presque tout au long de la nuit pour laquelle vous avez dormi à la grande ; le retour a plutôt couvert la journée de lundi et vous en avez profité pour voir quelques films (Qatar Airways offre une vidéothèque très riche avec des films récents aussi bien en italien qu’en beaucoup d’autres langues). Au cours de chacun des 4 vols, un repas vous a été servi à bord en plus des boissons toujours disponibles. Et vous voilà enfin débarqués à Malé où il brille un soleil chaud et la température de l’air est de 30 °C déjà à 9h00. Rappelez-vous qu’à Malé, vous devez avancer l’horloge de 3 heures par rapport à l’Italie quand il y a l’heure d’été, mais sur l’île d’Alimathà est en avance d’une heure de plus qu’à Malé donc au total il y a 4 heures de décalage horaire par rapport à l’Italie.

Une fois atterri, réglé les formalités douanières (enfin arrivé le tampon maldivien sur le passeport) et retiré les bagages, vous êtes immédiatement allés acheter la carte SIM pour pouvoir utiliser la ligne internet sur le mobile. Sur l’île d’Alimathà sont proposés des forfaits wifi (gratuits pour ceux qui séjournent dans les bungalows sur l’eau) mais honnêtement les propositions trouvées à l’aéroport sont moins chères surtout pour ceux qui comme vous n’ont besoin que d’internet et pas d’appels téléphoniques internationaux illimités. Vous avez vérifié sur le web avant de partir et avez découvert que votre île est bien couverte par l’opérateur téléphonique Dhiraagu. Attention toutefois, si vous ne dites rien (comme cela nous est arrivé), la carte n’est activée que pour 7 jours, si vous restez aux Maldives pendant 2 semaines, on vous recommande de le préciser à l’opérateur du magasin et dans ce cas, un petit supplément pourra vous être demandé. L’activation de la SIM a été simple et le réseau a toujours fonctionné efficacement. Lorsque vous insérez la carte SIM, tous vos contacts sont automatiquement chargés dans la mémoire, comme si vous utilisiez une carte italienne. Vous avez utilisé internet principalement pour poster des photos et des commentaires sur les réseaux sociaux Fb et Instagram et pour contacter vos amis et votre famille via wapp. Après avoir acheté la carte SIM, vous étiez prêts à embarquer sur le bateau rapide qui vous emmènerait de Malé à l’île d’Alimathà.

Vous voici donc à Alimathà, au cœur de l’océan Indien, sur l’une des plus belles îles maldiviennes du monde. L’île dispose de tous les conforts tout en étant assez petite. Au centre de l’île se trouve la réception, ouverte de l’aube jusqu’à la nuit. Comme hébergement pour le séjour sur l’île, il y a la possibilité de choisir entre trois propositions différentes : le Garden Bungalow, situé dans la partie la plus centrale entre les palmiers et le reste de la végétation, le Beach Bungalow, face à la plage, et le Overwater Bungalow, suspendu sur les eaux cristallines de l’océan Indien grâce à un système de pieux. Vous avez choisi le Beach Bungalow, qui a un coût intermédiaire ; vous avez été très satisfaits car être directement sur la plage était un rêve. Les bungalows sont faits de bois et de maçonnerie et se fondent très bien dans les arbres et les cocotiers de l’île. La chambre est très spacieuse, évidemment équipée de la climatisation et d’une porte-fenêtre qui donne sur une terrasse donnant sur la plage. S’endormir le soir bercé par les vagues de la mer et se réveiller le matin avec une vue magnifique n’avait vraiment pas de prix. Chaque bungalow dispose de deux chaises longues personnelles dans la partie de la plage qui se trouve à côté de lui ; en outre, tout le long du périmètre de l’île, il y a de nombreux transats en forme de vague, de sorte que vous pouvez confortablement prendre le soleil dans n’importe quelle partie de l’île. Chaque client dispose également d’une serviette de plage qui est lavée et changée tous les jours.

Votre forfait comprenait un traitement tout compris et vous avez donc pu boire n’importe quel cocktail ou boisson toute la journée dans les trois bars de l’île et au restaurant. Le menu proposé est toujours très varié et basé sur les principaux ingrédients des îles maldiviennes ou sur le poisson et les fruits tropicaux frais. Vous avez eu la possibilité de choisir entre différentes entrées à base de pâtes et de riz, des entrées à base de viande et de poisson, des fruits frais comme la pastèque, l’ananas et la papaye (dont Francesco raffolait) et un choix de trois desserts. Deux soirées spéciales ont été organisées : la soirée blanche totale où il vous a été demandé de vous habiller entièrement en blanc, et la soirée maldivienne où il vous a été conseillé de porter un paréo, un vêtement local typique. Dans la nuit maldivienne, pour le dîner ont été préparés des plats caractéristiques de la cuisine des Maldives comme le Cavabo, le Rihafioli, le Boschiva ou le Bischimia, différentes typologies de beignets à base de poisson, ou le Mashumi, une sorte de hachis de thon assaisonné avec de la noix de coco et du citron et servi avec le Roushi, ou le Paparù, pour finir avec de la noix de coco et du gâteau de banane. Vous avez adoré les recettes locales non seulement parce que vous aimez la noix de coco, l’un des principaux ingrédients, mais aussi parce que ce sont des plats très légers et authentiques. N’oubliez pas, cependant, qu’il s’agit d’une cuisine plutôt épicée, car le poivre et le cumin sont utilisés.

Le point fort de la cuisine locale est certainement le poisson frais d’excellente qualité

Vivaneau, bar et surtout thon frais, pêché dans les eaux de l’archipel. Parmi les nombreuses excursions et activités proposées sur l’île, il est également possible de participer à la pêche au bolentino et au chalut. Les mercredis et samedis soirs (les jours des sorties de pêche) Bravo Alimathà propose pour le dîner du thon frais grillé cuit sur la plage ou cru en tartare. Après tout, il n’y a rien de plus beau que de manger du poisson frais au bord de la mer, au clair de lune, bercé par le bruit des vagues qui se brisent sur le rivage. Pendant votre séjour d’une semaine aux Maldives, il y avait une pleine lune qui donnait une lumière folle tard dans la nuit qui illuminait l’île et l’océan le jour. On pouvait même voir les ombres de vos personnages sur le sable. C’était quelque chose de magique, aussi parce qu’il n’y a pas beaucoup d’éclairage nocturne sur l’île. Un des soirs de pleine lune, juste après le dîner, vous avez fait un tour de l’île sur le rivage. C’était merveilleux : une tranquillité totale régnait, vous étiez bercés par les sons de la nature et vous aviez vraiment l’impression d’être seuls sur une île déserte.

En plus de tous ces services, sur l’île d’Alimathà, il y a également un terrain de football et un terrain de beach-volley à usage libre, ainsi qu’un centre de massage et un centre de plongée avec des propositions et des cours payants. Vous avez eu très peu de dépenses supplémentaires. En outre, vous avez acheté deux excursions proposées par le centre de plongée que, honnêtement, vous n’aviez pas prévu de faire mais qui vous ont beaucoup intrigués, et quelques souvenirs dans la boutique de l’île. Tous les frais supplémentaires sont payés la veille du départ et les paiements peuvent être effectués en espèces ou par carte de crédit, bien qu’en fait la monnaie locale soit le rufia.

Visiter Florence en 3 jours ? Conseils locaux sur que visiter !
10 lieux incontournables dans les îles Baléares